Lettre de Roger à Nicolas De Lap.

Mon cher Nicolas,

Voilà plusieurs jours que je voulais te répondre. Cette semaine je n'ai plus d'excuses car Nathalie est partie à son marathon tango annuel. Et les enfants préfèrent être chez grand-mère, surtout en ce début de belle saison, le bord de mer est le seul terrain de jeu qui les extirpe de la télé et autres playstations. Alors je suis vraiment seul. Ils n'aiment pas trop rester avec moi de toute façon. Faut dire que je ne suis pas le paternel le plus chaleureux du monde.

Je ne sais pas comment faire avec eux. Je me trouve maladroit et ridicule quand je décide d'être affecteux ou de m'amuser avec eux. Ringard, c'est leur qualificatif qu'ils me donnent gentiment.

Seul donc dans la maison de Montpellier, je me paie un joli cafard, aucun pote à l'horizon qui soit disponible, aucun match de foot digne d'intérêt ce soir, sans compter les lâcheurs qui ont fuit le Sud. En plus j'écoute Porz Gwenn de Didier Squiban, plutôt le genre de morceaux à te donner le blues.

J'appréciais bien nos soirées à parler pour ne rien dire -quoique…-, juste le verre à la main.

Cela ne va pas fort avec Nathalie en ce moment. Je ne comprends pas pourquoi. Je sens bien que chacun fait des efforts de son côté. Est-ce que l'usure va finir par réduire en miettes notre amour? Quant à toi, tu ne devrais pas rester seul, trouves toi une gentille fille pour te réchauffer et te rassurer. Je sais que ton passif ne t'incite pas à revivre une histoire d'amour mais plus tu attends plus ton naturel timide te bloquera. Et même si ce n'est pas encore la femme de ta vie que tu croises, profite pour avoir de bons moments! Tu vois, c'est ce que je me dis pour Nathalie, même si on casse, il y a tous ces instants heureux que l'on aura vécu.

J'hésite entre me mettre devant la première connerie télé trouvée en zappant sur les chaines satellites et finir le polar de Pierre Magnan, Les courriers de la mort.

Je pense que je vais avoir du mal à m'endormir… Ne t'inquiètes pas, je vais tenir ma promesse de ne pas trop boire.

J'arrête là mes jérémiades.

Amitiés,

Roger

Advertisements
Published in: on Monday 1 May 2006 at 12:01 pm  Leave a Comment  

The URI to TrackBack this entry is: https://epistolaire.wordpress.com/2006/05/01/lettre-de-roger-a-nicolas-de-lap/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: