Lettre de la Confidente à Nicolas de Lap.

Mon cher Nicolas,

Ce début d’été est toujours douloureux pour moi. Si ma dernière lettre ne t’a pas plu, je m’en excuse. J’ai besoin de me confier à quelqu’un. Arrêtes-toi là si tu veux et fais semblant de m’avoir lu dans tes prochains courriers. Si toutefois notre correspondance continue.

J’ai pris un congé pour me noyer tranquillement dans toutes mes angoisses sans craindre le regard de mes collègues. Depuis trois jours, l’album photos de mes enfants ne me quittent plus. Je regarde sans entrain les matchs de la coupe du monde alors que j’adore le foot. C’est mon ex qui m’avait transmis le virus. Nous avions un abonnement à la saison de l’Olympique Lyonnais. Je n’ai pas très envie de regarder la finale ce soir. Le débordement médiatique me dégoutte.

Depuis notre séparation, la haine est entre nous. Sa virilité se concentrait sur une agressivité puis une violence verbale. Il m’en voulait d’avoir une meilleure situation et d’être meilleure que lui au boulot. Son ambition déçue tournait au syndrome d’échec. Comme il se cherchait un responsable, ce fut moi… Il est l’as de la mauvaise foi et de la culpabilisation. Il a réussi à me faire croire que j’étais une mère indigne.

Quand j’étais encore amoureuse, j’ai baissé les bras en le laissant partir avec les enfants. Quand j’essaye d’entrer en relation avec eux, il fait un barrage terrifiant. Quand je peux enfin leur parler, ils sont très froids. Il est capable de toutes les infamies pour me dévaloriser auprès d’eux. Cela fait trop longtemps qu’il s’en occupe pour que j’ai la moindre chance d’obtenir la garde. J’ai été trop lâche.

Aujourd’hui je ne sais plus à quoi ils ressemblent et cela me rend malheureuse… Cela vous change de l’image de femme battante de nos premiers courriers. Mon travail est devenu le seul exutoire de ma douleur. J’y suis intraitable mais juste!

Assez parler de moi, j’ai l’impression que vos affaires tournent pas trop mal si j’en juge par le nombre de clients. Votre cantatrice vient souvent accompagné du même homme. Elle a aussi l’air de piquer de plus en plus de crises. Elle ne ferait pas sa diva? Ceci dit sa voix est magnifique. On dirait l’envol d’un ange. Il y a aussi eu un jeune homme que vous avez reçu un moment en fermant votre boutique. Il était habillé n’importe comment mais je l’ai trouvé charmant. Ce n’avait pas l’air d’être un client? Je me trompe?

Observer votre boutique d’écriture est un vrai dépaysement. J’ai l’impression que vous vivez sur un autre rythme et que vous prenez le temps d’être avec vos clients. La vie vous traverse plus qu’elle ne glisse comme beaucoup d’entre-nous.

Merci de me lire ou au moins de me donner la chance de pouvoir m’écrire.

La Confidente qui se confie…

Advertisements
Published in: on Sunday 9 July 2006 at 4:37 pm  Leave a Comment  

The URI to TrackBack this entry is: https://epistolaire.wordpress.com/2006/07/09/lettre-de-la-confidente-a-nicolas-de-lap-3/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: