Lettre de Nicolas De Lap. à Simone Lebarbu

Chère Simone,

Vous me mettez dans une situation bien délicate. En effet à force d’avoir exhorté votre mari à se passer de moi, il vous a écouté. En plus, j’hésite à vous rendre ce service car vous avez été désagréable à mon égard. A votre décharge, je me suis comporté comme un goujat. Pour me faire pardonner, je me suis résolu à vous aider.

Je n’ai pas de bonnes nouvelles. Premièrement votre mari est très mal. Je l’ai trouvé très fatigué et la mine de quelqu’un qui ne prend plus du tout soin de lui. Il néglige sa tenue vestimentaire. Cela ne doit pas arranger sa situation professionnelle. Il a catégoriquement refusé de m’en parler. Je n’en suis pas certain mais je crains qu’il se soit mis à boire. Deuxièmement, votre mari vous trompe. Il était venu une fois à ma boutique d’écriture avec cette femme, sa secrétaire. J’avais quelques soupçons mais sans plus. Elle est passé chez lui pendant que nous causions… Elle n’est pas plus belle que vous. Elle est moins intelligente. Elle est surtout plus proche. Il s’est mis à délirer et à chanter “Je m’en fous de tout… je marche seul, je m’en fous de tout, …je m’en fous de vous…” en désignant sa secrétaire puis moi… J.J Goldman n’en méritait pas tant. Il m’a dit que je pouvais vous le dire, que maintenant il se moquait de tout, que plus rien n’avais d’importance, qu’il était un incapable qu’il méritait ce qui lui arrivait… N’en croyez pas un mot. Il est désespéré mais il doit vous aimer encore beaucoup.

Je ne vois pas trop comment l’aider. Pour l’instant, je lui ai suggéré de changer de boulot. J’ai nettement l’impression que c’est ce qui le gangrène de l’intérieur. Il se confond tellement avec son travail que sa vie en dépend trop. Il a réfléchis un moment sans me contredire. Est-ce que vous pensez que j’ai fait une erreur?

Maintenant que vous connaissez la situation, dites-moi ce que vous voulez que je fasse.

Je vous promets de le revoir pour lui éviter de faire des bêtises et d’aggraver son cas mais en fait il n’a pas tellement besoin de se changer les idées. Il a besoin de quelqu’un qui lui trace la route. Si vous l’aimez encore, c’est à vous de le faire me semble-t-il.

Bien à vous,

Nicolas De Lap.

Advertisements
Published in: on Sunday 12 November 2006 at 3:00 pm  Leave a Comment  

The URI to TrackBack this entry is: https://epistolaire.wordpress.com/2006/11/12/lettre-de-nicolas-de-lap-a-simone-lebarbu/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: