Lettre de Mustapha à son fils

Cher fils, chers parents,

Je suis tout au bonheur de ma décision. Je vais venir te chercher Mohammed avant la rentrée des classes en France. J’ai reçu l’assurance que mon dossier de rapprochement familial était très bon. La réponse favorable ne ferait aucun doute. Mon optimisme naturel me conduit à prendre les devants. J’ai très envie de vous revoir tous. Tous les cadeaux que je veux vous faire s’accumule déjà dans l’appartement. Je salive déjà du tajine deSoumya et des lampées de vin rouge de là-bas. Que la fiesta soit grandiose, que la joie s’écoule de nos gorges, que nos corps dansent jusqu’à l’étourdissement…

Je prends l’avion dans quinze jours. Je devrais arriver très vite après la réception de ce courrier. Mohammed prend le strict nécessaire. Le poids des valises est de toute façon limité. Et puis je veux avoir le plaisir de t’offrir des vêtements en France. Tu pourras décorer ta chambre comme tu veux. Je te promets que tu ne manqueras jamais de rien.

Ces derniers jours, je n’arrête pas de parler de toi autour de moi. Mes employés t’attendent avec impatience. Ils me taquinent en me disant que je serais mon terrible quand tu sera là… Mes fidèles clients sont aussi très curieux de faire ta connaissance. Les femmes me traitent de grand cachottier (c’est quelqu’un qui cache quelque chose aux autres). Ils m’encouragent tous à ne plus reporter mon projet. Ils se moquent tous de moi tellement je ne tiens plus en place tout à mes préparatifs et à mon envie d’être avec vous.

A très bientôt

Je vous embrasse.

Mustapha El-Y

PS de l’écrivain public: Je suis aussi très curieux de te connaître Mohammed.

Published in: on Tuesday 21 November 2006 at 6:31 pm  Leave a Comment  

Lettre de Mustapha à son fils

Cher fils,

La joie a rempli mon coeur de connaître ton courage, celui de défendre la réputation de ta maman en te battant contre tes camarades de classe. Cependant je te demande de rester vigilant et vif comme l’éclair pour éviter les mauvais coups tout autant que les paroles perfides. Sache qu’un homme juste doit ignorer les rumeurs malignes. Penses à moi qui t’attend avec impatience.

Je te conjure de ne pas céder à la violence pour exprimer ta rage. Celle-ci est galvanisée par un sentiment d’injustice et d’abandon. Reprends la boxe ou un autre sport. Je te promets que tu me rejoindra rapidement en France malgré les difficultés administratives. Ce beau pays est pris de folie à force d’avoir peur des autres. Expulser les pauvres résidents du squat de Cachan est d’une grandiloquence absurde et pitoyable. J’en ai pleuré pour eux.

Pour te faire patienter et te préparer à ce que tu vas découvrir ici, j’accompagne ce courrier de photos de Lyon, dont une du restaurant c’est à dire ta future maison, et d’une compilation des musiques à la mode (pour mes parents, pour une fois laissez-le écouter fort ce disque).

En ce début de Ramadan, je pense à vous et j’envie les belles soirées de rupture de jeune. Ici, je me retrouve seul à essayer de donner un air de fête à cette période. Je rêve de vous tenir tous ensemble dans mes bras. Je ris en repensant à nos repas animés, bavards et plein de musiques joyeuses. J’aimerais retrouver certaines odeurs… Ces fleurs de nostalgie me donnent envie de venir te chercher quand tout sera réglé. Je fermerais le restaurant quelques jours pour faire le voyage et profiter du bled.

Je te jure qu’il y aura beaucoup de belles choses et d’harmonie dans ta vie. Imagines que le jardin des délices posé sur Terre.

Je t’aime mon grand et valeureux fils.

Je t’embrasse toi et les parents.

Mustapha El Y.

Published in: on Sunday 24 September 2006 at 3:57 pm  Leave a Comment